cover

Ce livre a également été publié par BoD en anglais. ISBN 9782322012855

© 2015 Daniel Perret

Edition : Books on Demand GmbH

12/14 rond-point des Champs Elysées

75008 Paris, France

Imprimé par Books on Demand GmbH

Norderstedt, Allemagne

ISBN 9782322008285

Dépôt légal Février 2015

Les qualités de l’univers sont ‘ouverture, en changement perpétuel, lumineux, sans début, ni fin

‘lumineux’ inclus lumière, amour et vérité ‘changement perpétuel’ signifie que nous ne pouvons rester attaché à des dogmes, Car même l’anatomie subtile change.

C’est pour cela qu’en développement personnel nous avons besoin d’une liberté totale.

Puissions-nous progresser vers un temps, Où les maladies ne seront plus nécessaires, Et où les êtres humains sauront à temps quand ils se sont égarés

Afin de pouvoir corriger leurs attitudes Avant que de grandes souffrances soient générées.

Puisse cette série sur ‘La Science de la Guérison Spirituelle I-III’ y contribuer.

Mes remerciements à tous ceux qui ont contribué à ce livre et tout particulièrement à C et Paul Gonon ainsi qu’à Brice Soniano pour la relecture de mon français.

Table des matières

La Foi crée le Pont

Bon Dieu ! combien de temps ai-je mis

pour accepter ce fait !

Cependant, toute ma musique

n’a jamais cessée de l’exprimer.

Trop souvent ma foi semblait disparaitre dans le brouillard.

Je pouvais encore l’entendre finement au loin.

La foi est essentiellement un ressenti

Elle est étroitement liée à l’amour.

Elle demande à être suivie avec confiance.

Tant qu’elle n’est que concept,

elle est une coquille vide.

En tant que pont, nous avons besoin de le traverser,

D’avoir le courage d’aller voir nous-mêmes,

Transparents, ouverts et ‘nus’,

Afin d’éviter les illusions.

La foi est ce à quoi nous croyons

dans notre for intérieur.

C’est comme une évidence, un savoir que ce pont nous mène tôt ou tard vers l’autre côté.

La foi apporte la lumière dans

le sens de notre existence.

Tout ceci demande courage et patience

pendant que notre foi évolue, se déploie.

Chemin faisant elle s’étoffe d’expériences personnelles qui la remplissent de couleurs.

Préface

Une guérison profonde et durable ne peut se faire sans la coopération avec les intelligences invisibles qui nous entourent. En ce qui concerne la nature et notre planète toute entière, nous allons devoir coopérer avec les esprits de la nature, les Dévas et les anges du paysage, ainsi que les anges de toutes sortes. L’état de notre planète fait que nous n’avons pas d’autre choix que de coopérer avec toutes les intelligences ‘ à portée de main’, qu’elles soient visibles ou invisibles. Cela exige d’avoir la foi que ces intelligences invisibles existent. Soyons clair : ces intelligences invisibles ou êtres de lumière sont plein de sagesse, de compassion et de bon sens. Nous pouvons communiquer avec eux comme avec tout être humain intelligent.

Dans ce livre je vais tenter de démontrer que ce pont entre ‘ les mondes’ existe. Une guérison profonde implique que nous commencions avec une transformation radicale de nos croyances et de nos structures émotionnelles. Les bonnes intentions à elles seules sont insuffisantes, même si elles sont nécessaires. Discipline, humilité, précision et patience sont les ingrédients indispensables. Ces trois volumes sur ‘La Science de la Guérison Spirituelle’ permettent, je l’espère, d’acquérir une compréhension profonde de ces processus. Ce livre est le fruit d’une coopération avec des êtres non-visibles, en empruntant le pont, même si cela par moment a été un défi pour moi-même pendant bien des années. Je l’ai traversé.

Les recherches que ce livre décrit combinent des méthodes de ‘cerveau droit’ et de ‘cerveau gauche’. J’ai étudié les champs énergétiques de l’être humain avec Bob Moore durant une vingtaine d’années. Je peux puiser dans 40 ans d’expérience dans le travail et l’enseignement sur les énergies subtiles, sur la guérison spirituelle. Je dispose bien entendu de mon bon sens, ainsi que d’une compréhension du travail scientifique méthodique que j’ai appris lors de mes études en économie à l’université de Zurich. J’utilise également des outils intuitifs, comme ces réponses canalisées ou reçues de ma source ‘C’, la méditation et ma propre intuition. Cette façon de travailler a été utilisée par le Bouddhisme Tibétain et maintes autres études sur l’esprit et la conscience humaine.

Je suis sincèrement ému de pouvoir rencontrer, dans la mesure de mes possibilités, tous les êtres invisibles qui me font confiance en me donnant ces informations. J’aimerais tout particulièrement remercier ‘C’, ce ‘Collège d’Esprits de Rocamadour’ - les contributeurs majeurs de l’information que je reçois. En sus il y a un nombre d’êtres et amis invisibles mais perceptibles qui ont contribué à ce livre : Bob Moore, Ignace de Loyola, La Vierge Noire ainsi que bien d’autres encore que vous trouverez tout au long de votre lecture.

Ecrire ce livre ou composer de la musique sont pour moi ma façon d’emprunter le pont.

Au sujet de ce livre

Un challenge majeur de ce livre consiste dans le fait que ce n’est qu’un texte écrit. Afin de comprendre, et de vérifier son contenu vous aurez besoin d’en faire l’expérience vous-même. Ce processus implique votre ressenti qui vous amène ‘le savoir ressenti’. Si certaines pages peuvent être lues en moins d’une minute, cela vous prendra probablement plus de temps pour en faire l’expérience. Cela a certainement été le cas pour moi. Ce livre doit être considéré comme une œuvre en chantier permanent, comme un savoir qui par la force des choses va progresser dans la durée, probablement comme toute compréhension le fait de toute manière. Ainsi, d’emblée, ne croyez en rien à ce que j’écris et ne le portez vers d’autres qu’une fois après en avoir fait l’expérience par vous-même.

Nous sommes de toute évidence entrés dans une époque où nous sommes parfois le sujet mais surtout témoins de grandes souffrances nouvelles que nous voyons à la télévision, sur internet, radio, dans notre entourage direct, parfois même par l’intermédiaire de vagues invisibles mais ressenties de détresse, venant ‘de nulle part’. Cela apporte un challenge énorme à la planète et tous ses habitants… et peut-être même au-delà.

C’est impressionnant pour moi qu’il me soit montré l’existence même de ce ‘pont’ et de pouvoir dépasser ainsi le simple stade de désir ardent et de souffrance de ne pas le trouver.

Je suis impressionné par la qualité de contact avec ces êtres non-visibles. J’ai lu plusieurs excellents livres publiés par ‘les cahiers de Flensburg’ / ‘Flensburger Hefte’ avec ces interviews avec des esprits de la nature de tout genre. En les lisant nous obtenons l’impression d’interviews avec des êtres humains raisonnant, très réaliste, plein de bon sens ; loin d’un langage ésotérique nébuleux ou new age. J’ai eu la même expérience avec les esprits ou êtres qu’Eva Høffding canalise au Danemark : Ignace de Loyola, La Vierge Noire, Bob Moore, les Esprits de Rocamadour et bien d’autres encore. Tous ont su s’adapter au langage et aux besoins des êtres humains du 21ème siècle. Toujours avons-nous l’impression d’avoir en face simplement un autre être humain, bien que supérieur en sagesse et savoir dans leur sujet.

C’est cette humilité qui nous permet d’ouvrir notre cœur et nous donne accès à ce ‘pont’. En comptant depuis les chakras du bas du corps, le cœur est le premier qui nous donne accès à la dimension spirituelle. La métaphore du pont est vue de notre dimension humaine, car les esprits sont toujours parmi nous. Les enseignements peuvent nous aider à ouvrir le cœur et à ainsi nous donner accès au ‘pont’, mais ce sera finalement toujours à nous de l’emprunter, et d’en faire l’expérience pas à pas. Cela nous mène à devoir faire confiance en notre vécu et à apprécier notre propre façon de rencontrer la dimension divine. Cela engendre non seulement une rencontre mais aussi une circulation d’énergie entre nous et la dimension divine dont les deux côtés bénéficient.

« Atteindre l’humilité du cœur est le plus difficile pour les humains. C’est la seule et unique voie vers Dieu. »

Vierge Noire, Montserrat 2014, par Eva Høffding

Au sujet de la Foi

Écrire ou enseigner à son sujet n’est pas sans risque. D’après mon expérience bon nombre de gens ne sont pas même conscients d’avoir un problème avec la foi, et ne réalisent pas à quel point leur contact avec elle reste superficiel. Le mot ‘ foi’ en lui-même est devenu en quelque sorte un tabou, or ce mot doit être déconnecté de toute église ou autre organisation religieuse, car le thème même de la foi est existentiel, très personnel et éternel, tout comme ‘le pont’ l’est également. Toute faute morale ou crime commis par une organisation religieuse ne doit pas nous empêcher d’avoir accès au ‘ pont’.

Des chercheurs dans le domaine de la guérison parlent souvent ces temps-ci des neuroscience, du champ unifié, des cellules, d’information, de l’ADN, de la physique quantique, d’énergie, etc. En même temps peu de gens semblent comprendre vraiment les champs d’énergie dont nous faisons parti. On parlera facilement de l’intelligence de l’univers ou de la vie mais on évitera de penser que derrière tout cela il y a une conscience et que cette conscience est de fait habitée par un être invisible, faisant partie d’un champ Divin. Souvent décrits comme étant des ‘anges’, des ‘archanges’, des ‘esprits’, ‘des elfes’, etc., nous ne savons en fait que très peu sur ces êtres et sur ce qu’est réellement la conscience au niveau cosmique.

De même il semble plus facile de parler d’une intelligence de la nature, d’un arbre, d’une fleur par exemple et en même temps être résistant à l’idée que tous sont liés à un esprit, un être invisible.

La compréhension que tout est lié gagne du terrain. Beaucoup est dû aux découvertes de la physique quantique, à internet, à la télé, et probablement à ‘l’esprit de notre époque’.

Je pense comprendre, même si ma lucidité n’est qu’à ses débuts, que les mondes invisibles sont très structurés et peuplés d’une myriade d’êtres qui tous contribuent au bon fonctionnement de l’existence visible ou invisible. Quelques-uns de ces êtres sont des guides spirituels, des anges, des esprits de la nature ou encore des extra-terrestres. Je constate dans notre société une grande timidité à ce sujet. Afin de pouvoir explorer davantage les mondes invisibles nous avons besoin de foi dans leur existence et diversité. Il ne peut s’agir que de neurones et d’énergie ; parler de physique quantique n’est pas suffisant s’il n’y a pas de ressentis, pas de foi, pas de début de compréhension du champ Divin.

Il y a quelques années de ça nombreux étaient ceux qui pensaient que nos problèmes venaient essentiellement de notre ADN ou de nos gênes. Heureusement, la science a entretemps découvert l’épi-génétique : les informations extérieures qui déclenchent et choisissent une partie du potentiel contenu dans nos gênes. Mais nous voilà à nouveau pris au piège ‘ matérialiste’ avec les neurones dans notre cerveau. Il est à mon sens indispensable d’inclure par exemple le champ mental d’énergie qui entoure essentiellement notre tête et qui seul peut nous donner une compréhension de ce qu’est l’esprit. Nous n’arriverons jamais à le comprendre simplement en regardant ‘les petites lampes s’allumer et s’éteindre’ dans notre cerveau physique.

Nous devons inclure la dimension invisible de la vie.

Une partie majeure de l’enseignement de Bob Moore consistait à nous faire apprécier le rôle de notre ressenti comme outil d’observation, de recherche dans ces champs invisibles. J’aimerais le citer pour souligner ce qui me semble essentiel si nous voulons comprendre l’énergie, l’invisible et la guérison afin d’aller au-delà du matériel et du purement intellectuel.

Bob Moore : « Il est en fait très difficile de fournir une description du ressenti. Ayant travaillé avec des gens (en thérapie) durant de nombreuses années, il me semble que le mot ‘ ressenti’ ou ‘ sentiments’ a beaucoup été identifié à nos émotions. Nous pouvons observer les sentiments et constater que si nous suivons le mouvement à travers les couches des émotions (douloureuses), nous sommes menés vers le ressentis ou nos sentiments. Nous pouvons regarder tout cela et dire que les sentiments sont la couche supérieure des émotions. Ceci est vrai. Mais, en même temps, cela ne clos pas notre contact avec notre ressenti. En fait, nous pouvons dire que nous n’avons là que le début. »

Bob Moore: “It is very difficult to produce descriptions of feeling. Having worked with people for many years now, it seems to me that the word feeling has been strongly related to emotion. One can look at feeling and find that if one follows the movement through emotional conditions within us, one of course is drawn to feeling. One can look at that and say that it is the upper bracket of emotions. It is. But then that doesn’t end the connection to feeling. In fact one can say that is only the beginning.”

Ceci est absolument central et vaut la peine d’être contemplé. La majeure partie de ce qui va être développé dans ce livre ne peut être compris sans que nous n’ayons accès à notre ressentis. En fait, je suis convaincu que nous ne pouvons pas avoir une compréhension profonde de ce qu’est la vie si nous n’incluons pas nos sentiments. Je parle ici, bien entendu, de ‘la couche supérieure de nos émotions’ et non de nos émotions douloureuses, même si ces dernières sont indispensables pour nous ouvrir l’accès aux ressentis plus subtils.

Récemment j’ai participé à une conférence où un chercheur de renom parlait de la découverte de cellules souches du poisson zèbre pouvant guérir le cancer. Il expliquait que ces cellules se trouvent également dans le corps humain pendant toute la vie et ceci dès la première phase après la conception. Ils disaient qu’à un certain moment une information passe de la mère vers le fœtus faisant débuter aux cellules uniformes leur processus de différenciation afin de créer les différentes parties du corps. Les chercheurs pensent avoir trouvé une substance émise par la mère à un certain moment qui indiquerait au fœtus de commencer cette phase de différentiation.

Ceci est fort possible mais insuffisant comme explication. Ce point de vu ignore le rôle du monde invisible qui participe au miracle de la création de la vie. Au-delà d’une ‘substance injectée’ il y a une information énergétique à laquelle participent un grand nombre d’êtres ainsi que des champs d’énergie comme par exemple le corps éthérique en tant que plan du corps physique. Il y a à l’origine notre âme qui a décidée comment ce plan devait être dessiné pour cette vie là, les aspects forts, les traits du visage, les faiblesses que le corps à créer allait avoir. Participent à ce processus des êtres tels ces anges qui garantissent comment des informations de source divine vont se manifester dans ce corps. Puis s’ajoutent un grand nombre d’esprits du corps qui appliquent ce plan cellule par cellule, organe par organe, vertèbres, peau et ongles.

Un processus similaire se fait lorsque des esprits de la nature créent une fleur ou un arbre et prennent soin de tâches innombrables qui vont maintenir ce processus en équilibre : la stabilité, l’humidité, les microorganismes, la croissance, la maturation et la fleuraison, etc. Le tout est difficilement imaginable vu que nous n’en trouvons presque aucunes traces dans nos manuels scolaires. Mais le monde invisible que je décris est la réalité, donc ce n’est pas uniquement “une question d’une substance faisant que les cellules souches commencent à se différencier”, c’est de

l’information d’énergie divine et avant tout : c’est un amour immense, car

Nous sommes créés d’amour.

Il est fort probable que notre conception limitée du monde en tant que produit matérialiste et mécanique provient de notre passé religieux non digéré.

Il n’y a que quelques années de ça je n’aurais même pas rêvé d’écrire un jour sur les anges, les guides spirituels, les extraterrestres ou les esprits de la nature. Le fait décrire sur eux ne fait aucunement de moi un expert ou une autorité en la ‘matière’. Cependant le contact avec eux devient plus vivant et réel lorsque nous commençons à ouvrir nos cœurs. Ceci est précisément la raison pour laquelle j’ai écrit ce livre. Car ils sont de grands maîtres qui nous encouragent à ouvrir notre cœur et notre esprit à l’amour et à l’être éternel que nous sommes. Nous ne pouvons pas penser grand-chose au sujet des anges ; nous devons ressentir leur énergie avec notre cœur ou du moins persévérer dans cette direction. Cela demande de la patience et une bonne portion de travail sincère pour une transformation de nous-mêmes. Ceci est l’essence de notre vie.

Afin de pouvoir ressentir cette réalité et de mener mes recherches dans ce domaine, j’ai dû dépasser bon nombre de préjudices concernant mes racines religieuses, aussi nébuleuses que celles-ci me paraissaient lorsque j’ai commencé cette réflexion.

J’ai trouvé dans mon passé bien de sujets non fini avec l’église par exemple. J’ai dû me défaire de tout ceci. Où que nous ayons grandi sur terre, nous avons tous un passé religieux, que nous le voulions ou non. Il est indispensable d’y regarder à deux fois et de ne pas uniquement changer de religion par exemple.

Finalement les choses ont commencé à retrouver leur place en moi. Je nomme cela ‘La Chute vers le Ciel’ et en donnerai une description plus bas (page →). Je me sentais devenir plus simple et naturel, une sorte d’être transparent ou tout simplement faisant partie d’un tout, ni plus ni moins. Cela incluait un laisser filer des attachements illusoires à des identités ou caractéristiques qui auparavant avaient semblé me définir en tant qu’individu et identité séparée, et impliquait une dissipation de structures de l’ego et de mémoires douloureuses sans lesquelles ce processus n’aurait pas été possible: ils avaient cessées d’êtres utiles.

L’énergie de la Vierge Noire ou du noir vierge m’a aidé énormément, tout comme les enseignements de Bob Moore sur la transformation ou encore les enseignements d’Ignace de Loyola sur la fonction de l’amour et de la dimension Divine. J’ai écrit sur les enseignements de Bob Moore dans le volume I de ‘La Science de la Guérison Spirituelle’ et sur la Vierge Noire dans ‘La Musique comme cheminement mystique’.

Puis, au bon moment, Paul Gonon m’a fait connaître le lobe antenne (voir volume II). J’étais prêt à explorer l’invisible en posant les bonnes questions et cette petite antenne de cuivre me répondait avec oui ou non. Elle me permettait de détecter très rapidement des structures d’énergie sur une photo ou une carte, ce que je pouvais vérifier avec ma main ou une vue-ressentie.

J’ai vite réalisé que les réponses que je recevais n’étaient pas dues au hasard ou ne pouvaient pas provenir de mon subconscient personnel mais qu’elles étaient bien dues à une intelligence qui dépassait nettement mes propres capacités. J’ai compris que cette intelligence était – en ce qui concernait la plupart des réponses – un collège d’esprits de lumière qui ont comme point d’ancrage la chapelle de la Vierge Noire à Rocamadour, un lieu de pèlerinage célèbre non loin de chez nous. Je ferai référence à ce collège en les nommant ‘C’.

J’avais commencé à marcher sur ‘le pont’. Une grande partie de ce livre est de ce fait canalisé / ‘channeled’ comme disent les anglais. Il ne m’est pas possible de m’attitré toute ces découvertes.

La Foi consiste à croire en l’existence de quelque chose non-physique, non mesurable qui est de nature spirituelle ou divine. La Foi est peut-être encore davantage : un savoir ferme, un savoir que ce pont